Édito du 13 novembre

image_pdfTélécharger cet articleimage_printImprimer cet article

Pourquoi clôturer notre série par un DESaCORPS Musical ?
Parce que tout finit en chanson ?
Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas vrai non plus…
Nous l’avons souhaité musical parce qu’il annonce à sa manière la grande fête de la psychanalyse qui aura lieu ce week-end – les 50es Journées de l’ECF – avec pour chefs d’orchestre Laurent Dupont (président de l’ECF), Caroline Leduc, Angèle Terrier et Éric Zuliani.
Pour une fête réussie, il en faut pour tous les goûts, aussi la playlist que nous vous offrons mélange les genres musicaux, respectivement le folk et la variété, le rock version pop et le rock version punk !
Et nos quatre analystes mélomanes se font alors enquêteurs, à la recherche du moindre indice… côté chanson ou côté interprète !

Côté chanson : attentat sexuel
Lisez comment Jean-François Cottes décortique la structure, le texte de deux murder ballads et y repère le trou autour duquel gravitent les paroles – trou qui a affaire au sexuel, bien évidemment ! Alors, séduction ou viol ?
Découvrez ensuite le cheminement d’Aurélie Charpentier-Libert qui présente, à travers deux chansons, deux modes de traitements différents d’un des plus vieux attentats sexuels… Un tabou pour l’éternité ? Quoi qu’il en soit, lorsque l’impossible est élevé à la dignité d’une chanson, cette dernière peut se faire chambre de résonance de notre plus intime…

Côté interprète : attentat à la sexuation
Agnès Bailly met face à face deux femmes (l’icône des yéyés et la muse de Dalí) – mais en est-on vraiment bien sûr ? N’y aurait-il pas « ambiguïté sous sexuation » ? Mais quelle souplesse faut-il avoir tout de même pour pouvoir brouiller les cartes ainsi !
Et puis il y a enfin Nina Hagen qu’aborde Carole Niquet, Mother of Punk, libre, n’ayant peur de rien et dont les excès interrogent aussi notre belle et solide construction du chapitre VII d’Encore.
À lire ces belles productions en version originale, nous en conclurons qu’une chanson, c’est sérieux ! Et qu’il est heureux que l’artiste, qui toujours nous précède, nous interpelle, nous interprète, mieux, nous bouscule, avec délicatesse… Et notre savoir de se décompléter un peu, pour mieux se réinventer.

Remerciements chaleureux :

Aux 17 responsables de rubriques
NL du mardi : Francesca Biagi-Chai, Hélène Bonnaud, Gil Caroz, Philippe De Georges, Alice Delarue, Fabian Fajnwaks, Deborah Gutermann-Jacquet, France Jaigu, Philippe La Sagna, Virginie Leblanc, Anaëlle Lebovits-Quenehen, Laure Naveau, Marie-Hélène Roch.
NL du vendredi : Agnès Bailly, Beatriz Gonzalez-Renou, Christine Maugin, Valeria Sommer-Dupont.

À la formidable équipe du Blog dont vous découvrez ici les visages…

Et enfin bien sûr à tous les contributeurs (plus de 120).