accueil des touches de biblio

des touches de biblio

responsable : Agnès Bailly

La coupure des nuages d’or

« Abîmer le corps, le frapper, le heurter, voire le détruire, sont aussi les voies de sa jouissance . Ce qui est là révélé par Lacan , c’est un certain sadisme du signifiant, mais...

Comment bien traiter une femme ?

« La psychanalyse n’est pas un savoir du sexuel. Qui est-ce qui a appris dans la psychanalyse à savoir bien traiter sa femme ? Parce que enfin ça compte, une femme. Il y a une certaine...

L’attent-a-tion

« La prohibition principale, centrale de la névrose est, comme dans le tabou, celle du contact, dʼoù son nom, phobie du toucher. La prohibition ne porte pas seulement sur lʼattouchement direct du corps,...

Fantasme ou attentat sexuel

« Un hasard dans ce matériel encore rare à l’époque m'avait fourni un nombre démesurément élevé de cas, dans l'histoire infantile desquels la séduction sexuelle par les adultes ou par d'autres enfants plus...

L’eau du langage

« Le fait qu’un enfant dise peut-être, pas encore, avant qu’il soit capable de vraiment construire une phrase, prouve qu’il y a en lui une passoire qui se traverse, par où l’eau du langage se trouve...

Quand le pubis va au public

« Que ce que Freud a repéré de ce qu’il appelle la sexualité fasse trou dans le réel, c’est ce qui se touche de ce que personne ne s’en tirant bien, on ne s’en soucie...

Le triomphe de l’ego dans la position de la victime

« On peut dire que cliniquement il y a une affinité structurale, constante, du moi avec la place, la position et même, disons, la vocation de victime. Mais enfin,...

« Et pourquoi diable le dire ? » [1]

« Au temps donc pour le sexe, puisqu’en effet, le capitalisme, c’est de là qu’il est parti, de le mettre au rancart. » Je suis partie de cette phrase de Lacan, dans la biblioattentatsexuel...

L’attentat c’est l’inconscient

« Les mots font corps. Cela ne veut pas dire du tout qu’on y comprenne quoi que ce soit. C’est ça, l’inconscient : on est guidé par des mots auxquels on ne comprend rien...

Conséquences d’une malfaçon de la métaphore paternelle

« L’enfant Gide entre la mort et l’érotisme masturbatoire, n’a de l’amour que la parole qui protège et celle qui interdit ; la mort a emporté avec son père celle qui humanise le désir....

Dernières publications

Suivez-nous !

982FansLike
665FollowersFollow
2,627FollowersFollow